En raison de la non-tenue d'une élection présidentielle en 2004, de nombreux hommes politiques ont suggéré qu'il devrait être plus facile d'obtenir une nomination à la présidence. En particulier, en janvier 1982, le président Hillery a chargé un assistant, le capitaine Anthony Barber, de s'assurer qu'aucun des appels téléphoniques de l'opposition ne lui soit transmis. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Néanmoins, trois personnalités de l'opposition, y compris le chef du Fianna Fáil, Charles Haughey, ont exigé d'être mis en relation avec Hillery. Elle a également été invitée à Buckingham Palace par la reine Élisabeth II. Ce pouvoir permettrait au président d'intervenir si, dans des circonstances extraordinaires, les procédures ordinaires de convocation des chambres avaient échoué. Retrouvez toutes les infos sur Irlande du Nord : articles, vidéos et analyses de l'actualité par les journalistes et chroniqueurs de l'Opinion Elle a d'ailleurs reçu le Prix humanitaire CARE en reconnaissance de ses efforts pour ce pays. histoire parlements précédents. Alors que les citoyens irlandais et britanniques résidents dans le pays peuvent voter aux élections du Dáil Éireann (chambre basse du Parlement), seuls les citoyens irlandais de plus de dix-huit ans peuvent voter à l’élection présidentielle. Le salut au président d'Irlande se fait sur la musique de l'hymne national d'Irlande, Amhrán na bhFiann. Le texte original de la Constitution de l'Irlande, tel qu'il a été adopté en 1937, mentionne dans les articles 2 et 3, deux entités géopolitiques : un « territoire national » de trente-deux comtés (c'est-à-dire, l'île d'Irlande) et un État de vingt-six comtés connu précédemment sous le nom d'État libre d'Irlande (les articles 2 et 3 ont été modifiés depuis). L'apparente contradiction entre les versions irlandaise et anglaise de la Constitution a dissuadé les présidents d'utiliser ce pouvoir et a conduit à une très stricte application d'une politique de non-contact avec l'opposition. Robinson a cherché à développer un nouveau sens dans le domaine économique et dans les liens politiques et culturels avec les autres pays et cultures, notamment ceux issus de la diaspora irlandaise. En fait, l'Irlande du Nord comprend les comtés à majorité protestante tandis que la République d'Irlande au sud est à majorité catholique. Le président Seán T. O'Kelly déclina également l'invitation à assister à la Garden Party du couronnement à l'ambassade de Grande-Bretagne, en 1953. La résidence officielle du président est Áras an Uachtaráin à Dublin. Néanmoins un candidat doit être parrainé soit par un minimum de vingt membres des Oireachtas (le Parlement national), soit par au moins quatre conseils municipaux ou conseils de comté ou alors se présenter personnellement (dans le cas d'un président en exercice ou d'un ancien président n'ayant accompli qu'un seul mandat)[12],[2]. Le président d'Irlande n'a pas de vice-président. La résidence officielle du président de l'Irlande est le Áras an Uachtaráin[23], situé dans le Phoenix Park de Dublin. Ainsi, d'après l'article 12.9 de la Constitution, le président ne peut pas quitter le pays sans l'accord du gouvernement[7]. Du côté nord de la frontière en revanche, on reconnait lautorité de la Reine. Si une majorité des membres du Sénat et un tiers des membres de l'Assemblée signent une pétition en ce sens, le Président peut refuser de promulguer une loi, après consultation du Conseil d'État, à l'exception des projets de loi visant à modifier la Constitution. L'actuel président, Michael D. Higgins, est en poste depuis le 11 novembre 2011. Toutefois, elle suggéra que la Constitution soit modifiée pour faire apparaître de manière explicite que le président était le chef de l'État (à l'heure actuelle, le terme ne figure pas dans le texte) et que l'on envisage l'introduction d'un système de vote de confiance au Dáil, sur le modèle de celui qui existe en Allemagne. Cependant, ces craintes se sont avérées infondées car les présidents successifs n'ont joué depuis qu'un rôle limité et presque apolitique dans les affaires nationales. Le président ne peut assurer ses fonctions que dans le strict respect de la Constitution ou de l'accord du gouvernement. Même sans ces considérations, refuser une telle demande reviendrait presque à créer une crise constitutionnelle, car il existe une forte convention constitutionnelle qui veut que le chef de l'État accorde toujours une dissolution parlementaire. Toutefois, avant de pouvoir exercer son pouvoir de réserve, le président doit consulter au préalable le Conseil d'État. La présidence est une charge représentative, avec certains pouvoirs limités. Au cours de sa présidence, elle a mis l'accent sur les besoins des pays en développement, en liant l'épisode de la Grande Famine aux problèmes actuels de nutrition, de pauvreté et de politique, afin de créer un partenariat entre les pays développés et les pays en développement. Pour cette raison, lorsqu'il existe un consensus entre les partis politiques, le président peut être « élu » sans qu'un scrutin n'aie lieu à proprement parler. En conséquence, le Royaume-Uni et l’Irlande se sont rapprochés et entretiennent une relation des plus cordiales et cela s’est reflété lors de l’accueil en 2011, par le précédente présidente Mary McAleese, de la Reine d’Angleterre, une visite qui fût émouvante et couronnée de succès. Les ministres signent les traités internationaux au nom du président. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Les autres fonctions du président incluent la convocation et la dissolution du Dáil Éireann. En cas de vacance prématurée du pouvoir, un successeur doit être élu dans les soixante jours. Il existe néanmoins une assemblée à Belfast qui travaille en coopération avec le parlement du royaume uni. Si le sortant se représente, le doyen d'âge de l'Assemblée, qui ne doit pas lui-même être candidat, assure l'intérim de la fonction le temps de l'élection. Ce projet est né de l'accord de mai 2007 destiné à rétablir les modalités de partage du pouvoir en Irlande du Nord entre les deux principaux partis politiques. La Constitution habilite également le Conseil d'État, statuant à la majorité de ses membres, à « prendre toutes dispositions qui leur sembleraient nécessaire » à l'exercice des fonctions présidentielles dans les cas que la constitution n'aurait pas prévus. Cette destitution du président peut être réalisée par la Cour suprême si au moins cinq juges (sur sept) estiment qu'il ou elle est atteint d'une « incapacité permanente »[1]. Lors de ses déplacements, le président est accompagné par un service de protection personnelle armé issu de la branche spéciale (troupes d'élite de la force de police irlandaise). À partir du 1er Janvier 1801 jusqu'au 6 Décembre 1922 faisait partie de l'Irlande du Royaume-Uni (de grande-Bretagne et en Irlande). La dernière modification de cette page a été faite le 27 novembre 2020 à 17:36. Le président de l'Assemblée nord-irlandaise (Speaker of the Northern Ireland Assembly, en anglais) est le député chargé de présider l'Assemblée nord-irlandaise. Contrairement à Seán O'Kelly en 1952, de Valera fut renommé en 1966 par le Fianna Fáil. Ce pouvoir ne s'exerce que sur conseil du Taoiseach. Cependant, malgré les modifications apportées aux articles 2 et 3 de la Constitution dans le cadre de l'Accord du vendredi saint, le titre du poste reste toujours « Président d'Irlande » car la Constitution irlandaise stipule que le nom officiel de l'État est simplement « Irlande » et que le terme de « République » n'est qu'une simple description. L'actuel président, Michael D. Higgins, est en poste depuis le 11 novembre 2011. Bien qu'il n'existe plus aujourd'hui d'ambiguïté sur sa compétence au sein de la seule République d'Irlande, elle est toutefois considérée par de nombreux nationalistes du Nord comme leur président et ils prennent position pour que le droit de vote aux élections présidentielles soit étendu à l'ensemble de l'île. L'investiture du président se déroule dans le St Patrick's Hall au château de Dublin. Dans le nord-est de l’Irlande, les six comtés de l’Irlande du Nord constituent le plus petit pays du Royaume-Uni, mais également le plus visité. On peut toutefois noter qu'en langue irlandaise, il serait plus correct de s'adresse à lui en l'appelant A hUachtaráin (vocatif). Techniquement, chaque mandat présidentiel expire à minuit la veille de l'investiture du nouveau président. Élisabeth II et Mary Robinson ont même conjointement organisé une réception au palais St. James, à Londres en 1995, pour célébrer le cent cinquantième anniversaire de la fondation des Queen's Colleges en 1845 (ils sont désormais connus sous le nom d'Université Queen's de Belfast, d'University College Cork et d'université nationale d'Irlande à Galway). Le président se déplace dans une limousine Mercedes-Benz Classe S LWB. Le président est élu par le peuple pour sept ans, sauf en cas de vacance prématurée du pouvoir, auquel cas une élection doit avoir lieu dans les soixante jours[1]. Finalement, leur candidat, Tom O'Higgins, échoua à un cheveu de la victoire. Sur les conseils du gouvernement britannique, les lettres de créance de la reine Élisabeth pour la nomination des ambassadeurs du Royaume-Uni en Irlande n'étaient pas adressées au « président d'Irlande », mais au président en personne (par exemple: « président Hillery »). Alternativement, de nombreux journalistes ont suggéré qu'une pétition de citoyens, par au moins 10 000 électeurs inscrits, pourrait être une autre méthode pour proposer un candidat à la présidence. La souveraine a salué la présence du président Higgins et exprimé l'espoir d'un "avenir plus stable" entre les deux pays. M. Biden, dont les racines sont irlandaises, réitéré son soutien aux « accords du Vendredi saint » de 1998. Le Président de l'UEFA Michel Platini a visité l'Irlande du Nord où il a fêté les 125 ans de la Ligue d'Antrim. Jusqu'à la présidence de Mary Robinson, le gouvernement a régulièrement refusé aux présidents successifs toute autorisation de se rendre en Irlande du Nord. Cette mesure n'a été utilisée qu'une seule fois, dans le cas de Nicky Kelly[5],[6]. Ces commentaires ont provoqué l'indignation parmi les hommes politiques unionistes et McAleese s'est excusée par la suite et a reconnu que sa déclaration était déséquilibrée[22]. En effet, d'après la Constitution, le Taoiseach (Premier ministre) est tenu de démissionner s'il a « cessé de conserver l'appui de la majorité » de l'Assemblée, à moins qu'il ne demande au président de dissoudre le Dáil. Il s'agit néanmoins d'une position nominale car le pouvoir est exercé sur les conseils du Gouvernement. En effet, dans l'article 3 de la Constitution, l'État irlandais déclare explicitement qu'« en attendant la ré-intégration du territoire national », son autorité ne se limite qu'à la République d'Irlande et ne s'applique donc pas à l'Irlande du Nord. En effet, la Constitution de 1937 ne mentionnait pas le roi, mais elle n'affirmait pas davantage que le président était le chef de l'État. Ainsi, l'ancien Tánaiste (vice-Premier ministre), Mary Harney, suggéra que la présentation d'un candidat à la présidence puisse être réalisée par cinq à dix Teachtaí Dála ou sénateurs (au lieu de 20 actuellement). Le président peut également utiliser à sa convenance de tous les avions du Corps aérien irlandais, en cas de besoin. Celui-ci, remis en juin 1970, est partiellement repris dans des dispositions du Local Government Act (Northern Ireland) 1972 [n], une loi qui réforme profondément le gouvernement local en Irlande-du-Nord [17], [18]. Grande -Bretagne et d'Irlande du Nord de l'Union européenne et de la Communauté européenne de l'énergie atomique ... des négociateurs, convenu entre la Première ministre, Mme May, et le président de la Commission européenne, M. Juncker, le 11 mars 2019 … Toutefois, la durée des mandats des chefs d'État de ces deux pays n'est plus de sept ans aujourd'hui. Bien que la version irlandaise soit prééminente en cas de conflit d'interprétation, celle-ci n'est pas aussi bien rédigée d'un point de vue légal. Le président est élu au cours de la réunion inaugurale de l'Assemblée, qui suit la tenue d'élections. Son rôle de faiseur de roi à Westminster est désormais caduc. Toutefois, par convention, les présidents évitent de critiquer directement l'action du gouvernement. Après consultation du Conseil d'État et à condition que le texte soit approuvé en bloc par le gouvernement, le Président peut s'adresser ou envoyer un message à l'une ou aux deux chambres de l’Oireachtas. Enfin, le Président à le pouvoir de grâce[4]. La Constitution de l'Irlande prévoit un système parlementaire de gouvernement, en vertu de laquelle le rôle du chef d'État est largement cérémoniel. Haughey est même allé jusqu'à menacer Barber de mettre fin à sa carrière si ses appels n'étaient pas acheminés. Si ce système était introduit, il serait largement redondant avec le pouvoir de refuser une dissolution du Dáil que détient le président et pourrait donc être retiré de la Constitution. Si cette chambre décide à la majorité des deux-tiers que le président est coupable des faits qui lui sont reprochés et que ces faits sont suffisamment graves pour justifier sa destitution, elle peut alors le démettre de ses fonctions[15]. Par ailleurs, après consultation du Conseil d'État et à condition que le texte soit approuvé en bloc par le gouvernement, le président peut s'adresser ou envoyer un message à la Nation. Parmi les fonctions cérémonielles du chef de l'État, on compte notamment la nomination du Taoiseach (chef du gouvernement) et d'autres ministres, et accepte leur démission. Bien que le titre de Président affirme implicitement son autorité en Irlande du Nord, en réalité, le Président irlandais doit obtenir la permission du gouvernement pour se rendre en Irlande du Nord. Ses bureaux se trouvent installés dans les Parliament Buildings, sur la propriété de Stormont, à Belfast. Le Conseil d'État peut donc être considéré comme le troisième organe dans la ligne de succession. Le ministre britannique Michael Gove se rend lundi à Bruxelles pour rencontrer le vice-président de la Commission européenne Maros Sefcovic et discuter de la mise en oeuvre du traité de retrait, qu'un projet de loi britannique remet en cause.La frontière entre l'Irlande et l'Irlande du Nord en vidéographie. Robinson a été le premier chef d'État à visiter le Rwanda à la suite du génocide de 1994, et la Somalie à la suite de la crise de 1992. Le Premier ministre est nommé sur proposition du Dáil Éireann. Joe Biden et des membres du Congrès des deux partis ont accusé le gouvernement britannique de menacer l'accord du Vendredi saint sur la paix en Irlande du Nord, en compromettant l'accord de retrait du Royaume-Uni de l'UE. Fait intéressant, l'accréditation fournie aux journalistes couvrant la visite indiquait la visite du « président d'Irlande ». La résidence officielle du président est le Palais présidentiel (Áras an Uachtaráin) à Dublin. À l'époque où la durée fut décidée, il y eut de nombreuses critiques qui voulaient mettre en garde contre une dérive dictatoriale de la République, en raison de la longue durée du mandat. Au contraire, celui-ci est expressément dévolu au gouvernement (cabinet). Il est élu pour sept ans, renouvelable une fois, au suffrage universel direct . En outre, le président représente l'État pour les Affaires étrangères, sur les conseils du gouvernement[2]. Le Royaume-Uni et l'Union européenne ont aplani mardi leurs différences sur l'Irlande du Nord, levant un sujet de dissensions. Il y a plusieurs différences entre l’Irlande et l’Irlande du Nord, et la politique en fait partie. La Cour suprême juge alors de sa constitutionnalité dans sa totalité et le Président peut décider de ne pas signer le projet de loi si elle est jugée inconstitutionnelle. La durée du mandat présidentiel, fixée à sept ans, s'est inspirée de la durée de ceux des présidents allemand et autrichien. C'est également le président qui promulgue les lois, en tant que troisième entité de l'Oireachtas. Ses bureaux se trouvent installés dans les Parliament Buildings, sur la propriété de Stormont, à Belfast.

Café De La Gare Restaurant, Agence Alexandre Pont Sur Yonne, Déco Thème Retraite, Naxos Amorgos Santorin, Publication Des Bans Toulouse,